SFP 2019

Les approches incarnées et situées comme cadre interprétatif des liens entre déclin sensoriel et cognitif dans le vieillissement


Date
Localisation
Poitiers, France

Introduction : Le vieillissement affecte de nombreux domaines dont les sens, mais aussi, le cerveau et donc la cognition. Après avoir décrit ces atteintes sensorielles et cognitives concomitantes qui sont fréquemment rapportées dans le vieillissement, ce travail présentera les différentes hypothèses explicatives. Nous proposerons alors une interprétation selon les approches incarnées et situées de la cognition qui permettent non seulement de rendre compte de ces liens, mais aussi et surtout d’un lien entre traitements perceptifs centraux et cognitifs. Cette particularité offre de nouvelles pistes en matière de stimulation cognitive dans le vieillissement.

Présentation de la problématique : La littérature rapporte depuis longtemps un lien étroit entre déclin sensoriel et cognitif au cours du vieillissement. Quatre hypothèses principales ont été avancées (Roberts & Allen, 2016). Deux hypothèses proposent un lien causal du déclin sensoriel sur la cognition, soit à travers un effet direct de la réduction de l’input en mobilisant les ressources disponibles, soit par le biais d’un effet à long terme associé à une atrophie des aires corticales. Une troisième hypothèse suggère que le déclin cognitif perturbe le bon fonctionnement des tests sensoriels. Une dernière hypothèse propose que les fonctions cognitives et sensorielles sont indépendamment expliquées par l’avancée en âge. Ainsi, les mécanismes de ces associations sensorielles/cognitives ne font pas consensus. L’approche incarnée de la cognition défend quant à elle l’idée d’une équivalence fonctionnelle entre fonctionnement sensori-moteur et cognitif. Ainsi, cette approche fournit un cadre théorique particulièrement adéquat pour expliquer ces associations, mais elle permet aussi d’étendre ces liens à la perception (traitement de plus haut-niveau). Les connaissances en mémoire (« représentations ») émergeraient de la recréation (simulation) des états perceptifs et moteurs des expériences d’origine (Barsalou, 2008). Une altération sensorielle et/ou perceptive doit ainsi dégrader la simulation et donc l’émergence des connaissances altérant alors le traitement cognitif. Selon Vallet (2015), le déclin sensoriel et perceptif en jeu dans le vieillissement abaisserait le ratio signal sur bruit lors de la recréation des représentations pour aboutir à des représentations de moins bonne résolution. Cette baisse de la qualité des représentations rendrait les traces mnésiques moins distinctives (i.e., plus d’interférences). Cela expliquerait les principales difficultés mnésiques épisodiques observées chez l’adulte âgé : moindre rappel libre, souvenirs moins vifs, erreurs de mémoire, etc. (voir aussi le principe de séparation des patterns, Toner et al., 2013).

Présentation de l’intérêt théorique et/ou applicatif : Le vieillissement fournit un cadre idéal pour étudier les interactions entre fonctionnement sensoriel/perceptif et cognitif qui sont envisagées d’une façon radicalement différente entre les approches incarnées et structurelles de la cognition (fort recouvrement pour les premières, indépendance pour les secondes). Dès lors, la nature de ses interactions est un enjeu majeur de la recherche actuelle en sciences cognitives et associées. Une lecture incarnée du vieillissement permet d’envisager des prises en charge novatrices du déclin cognitif et en particulier mnésique chez les personnes âgées. La baisse de la distinctivité des traces à travers l’altération sensorielle et perceptive a été proposée pour sous-tendre les effets du vieillissement dans de multiples tâches de mémoire. Il semble donc pertinent de développer et d’évaluer l’efficacité de programmes de stimulation cognitive basés sur la notion de distinctivité.

Discussion : Le vieillissement est marqué par un déclin conjoint des fonctions sensorielles et cognitives. Déterminer les mécanismes en jeu dans ces associations est fondamental pour rendre compte du fonctionnement cognitif général. Les approches incarnées de la cognition prédisent ces associations et semblent à même de rendre compte de ce phénomène. Outre l’enjeu théorique, cela ouvre la voie à de nouvelles prises en charge du déclin cognitif.

Références bibliographiques

Barsalou, L. W. (2008). Grounded Cognition. Annual Review of Psychology, 59(1), 617–645.

Roberts, K. L., & Allen, H. A. (2016). Perception and cognition in the ageing brain: A brief review of the short- and long-term links between perceptual and cognitive decline. Frontiers in Aging Neuroscience, 8, 1–7.

Toner, C., Pirogovsky, E., Kirwan, C. B., & Gilbert, P. E. (2013). Visual object pattern separation varies in older adults. Learning and Memory, 20(7), 358–362.

Vallet, G. (2015). Embodied cognition of aging. Frontiers in Psychology, 6(463), 1–6.