D’un cœur variable à un esprit flexible : Une méta-analyse sur la relation entre la variabilité de la fréquence cardiaque et les fonctions exécutives

SQRP 2022

Date
Apr 21, 2022 14:00 — 15:30
Lieu
Saint-Sauveur, Qc, Canada
246 Chem. du Lac-Millette
J0R 1R3 Saint-Sauveur

De récentes avancées en psychophysiologie sur les interactions corps-cerveau indiquent que le système nerveux autonome, notamment en lien avec le fonctionnement du cœur, contribuerait en partie au fonctionnement psychologique (Magnon, Mille, Dutheil, & Vallet, 2021). Plus particulièrement, la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) est naturellement générée par le contrôle inhibiteur du nerf vague sur le cœur et refléterait le niveau d’adaptation physiologique du corps à l’environnement. Une association positive a ainsi été rapportée entre la VFC et les performances exécutives (Forte, Favieri, & Casagrande, 2019). Cette présentation rapporte les résultats d’une méta-analyse sur la relation VFC et fonctions exécutives. Suite à l’inclusion de 13 études corrélationnelles, une association positive entre la VFC et le fonctionnement exécutif (r = .19, p < .001) a été observée. Plus précisément, une bonne adaptation physiologique prédit positivement et particulièrement la flexibilité et l’inhibition cognitives. Cette relation s’affaiblit avec l’âge, reflétant possiblement le déclin concomitant des fonctions cardiaques et exécutives associé au vieillissement. Ainsi, une adaptation physiologique élevée est liée à une flexibilité et un contrôle inhibiteur efficient. Si l’activité vagale est l’un des déterminants des capacités exécutives alors de simples exercices de respiration modulant l’activité vagale (Magnon, Dutheil, & Vallet, 2021) pourraient participer au maintien des capacités cognitives au cours de la vie.